Sebsite.org
 Retour | Index  |  Minidisc  |  Tour rapide  |  Plan du site  |  Forums  |  A propos 
Accueil > Minidisc > Dossier technique > La compression ATRAC >  
Rechercher
 Recherche simple :
Google
Web Sebsite.org
 
DOSSIER MINIDISC
Le codeur - Partie 2/2

Quantification spectrale>
Les valeurs des BFUs sont quantifiés avec deux paramètres :

-  un facteur d'échelle (scale factor) : il défini la largeur de la fenêtre de quantification et est choisi dans une liste fixe de possibilités traduites par des codes,

-  la longueur du mot binaire (wordlength) : il défini la précision dans la fenêtre analysée et est obtenu par un algorithme comme celui de Huffman, voir la dernière étape sur l'allocation binaire.
A noter : le facteur d'échelle et la longueur de mot restent liés afin de refléter les propriétés psycho-acoustiques de chaque BFU.

Les sounds frames>
A ce stade, on obtient les sounds frames, ou samples de données (voir sample audio sur la figure "allocation des données"). Pour chaque sample, les informations suivantes seront enregistrées :

-  Le mode (court ou long) pour la taille des blocs,

-  La longueur de mot binaire pour chaque BFU,

-  Le facteur d'échelle pour chaque BFU,

-  Les coefficients spectraux quantifiés.

A noter, la longueur de mot et le facteur d'échelle sont liés afin que le BFU conserve ses caractéristiques spycho-acoustiques.

Allocation binaire>
C'est maintenant que commence la compression des données. Mais le plus gros du travail a déjà été fait. On a des samples avec coefficients qui sont représentatifs de leur propriétés psycho-acoustiques. Et les mots binaires ont été construits de façon à ce que les bits de poids forts soient en premier.
Pour simplifier, il ne reste plus au codeur qu'à réduire le nombre de BFUs, privilégiant les plus significatifs du signal, supprimant ceux qui ne seraient pas entendus par le cerveau et l'oreille. Pour ce faire, on peut utiliser un algorithme de Huffman qui permet de stocker les octets les plus fréquemment rencontres sur un nombre minimal de bits. On élimine aussi les redondances. Le signal est désormais compressé suivant le principe ATRAC.
Mais cette formule n'est pas figée et l'ATRAC permet d'utiliser n'importe quel algorithme au codage, pourvu que l'enveloppe ATRAC soit respectée. D'où un énorme avantage : l'ATRAC est évolutif (voir le chapitre sur les différentes versions d'ATRAC).

Pour aller plus loin :
-  Voir la page d'Eric Brasseur : "la transformation en série de Fourier numérique".

Seb, Sebsite.org
© 1998-2010 - Sebsite.org

< Le codeur - Partie 1/2 Différentes versions d'ATRAC >

Déposer votre avis >

Dans ce dossier
Psychoacoustique
Le codeur - Partie 1/2
Différentes versions d'ATRAC
La multi-génération
Le système de protection SCMS

Thèmes associés
ATRAC
Le décodeur
Tous les thèmes du site

 - Vous avez une question ?
 - Retour au chapitre
"La compression ATRAC"




< Retour |  Index  |  Tour rapide  |  Plan du site  |  Contact  |  A propos  |  Haut de page 
  © 1999-2010, Sebsite.org